Trouver sa place sur les places : un militant géographe à Nuit debout

Présentation faite au colloque Ethnographies et engagements à Rouen le 9 novembre 2017. Il s’agit ici du texte remanié pour être lu et non de la version écrite soumise aux organisateurs et organisatrices du colloque.

En tant que géographe ayant de 2010 à 2016 été un amateur assidu des méthodes quantitatives, ma présence ici, dans un colloque consacré à Ethnographies et engagements, n’était guère prévisible il y a 18 mois. Je tiens donc tout d’abord à vous remercier pour votre ouverture d’esprit, et j’espère que vous pardonnerez les nombreux défauts de cette présentation. Étant formé dans une discipline donnée (la géographie humaine), dans un paradigme donné (la géographie dite théorique et quantitative), je ne maîtrise ni les codes, ni les références, ni les habitus disciplinaires qui sont les vôtres. J’espère néanmoins que certaines et certains d’entre vous trouverons un intérêt à cette présentation.

Elle est organisée en trois parties. Tout d’abord, je tente de situer un moment politique donné (le printemps 2016 et l’apparition de Nuit debout) dans une trajectoire scientifique et personnelle, ou comment l’irruption inattendue d’un mouvement social inédit a coïncidé avec une insatisfaction professionnelle croissante et a entraîné un changement radical d’objet d’étude. J’exposerai ensuite les questionnements successifs qui m’ont vu osciller entre militantisme, observation à peine participante, tentatives de recherche-action et enfin participation observante. Les tâtonnements méthodologiques et conceptuels, les hésitations sur le choix des terrains d’observation ou les stratégies de présentation n’ont en effet cessé de nourrir une recherche peu assurée tout au long du printemps et de l’été 2016. J’aborderai enfin les enjeux éthiques, scientifiques et politiques liés aux entretiens réalisés avec les militant.e.s de deux Nuits debout du Nord-Est parisien.

1. Moments militants et carrières professionnelles

Il est toujours délicat de comprendre et d’expliquer ce qui motive nos engagements ou nos refus d’engagement. La tentation est forte de créer un récit cohérent, linéaire, qui risque fort de n’être qu’une illusion biographique (Bourdieu, 1986). De plus, la volonté d’expliquer d’où l’on parle peut-être mal perçue dans certaines disciplines scientifiques : si le récit de la trajectoire personnelle et scientifique est attendue en géographie dans les HDR, il reste suspect dans les articles ou les communications orales. Le soupçon d’exhibitionnisme est d’autant plus fort que l’entrée dans le champ académique est récente.

Cela se conjugue d’ailleurs avec une difficulté liée aux termes mêmes utilisées. Qu’il s’agisse des termes militantisme ou engagement, les deux me posent problème et jamais je ne me définis à l’aide des adjectifs correspondants. Le militantisme et l’engagement supposent en effet à mes yeux un système de croyances permettant de définir ce qui est désirable et ce qui ne l’est pas. Or, un tel fonctionnement ne correspond ni à mes pratiques ni à mes principes, si tant est que séparer ces deux aspects aient un sens.

Mes moments militants furent intenses et brefs : mouvement contre la loi Devaquet en 1986 – j’étais alors lycéen dans une petite ville du centre de la France -, Act-Up Paris de 1993 à 1995, mouvement contre la réforme des retraites en décembre 1995, mouvement contre la loi travail au printemps 2016 – à Paris dans ces trois cas.

Ce retrait de toute activité militante pendant plus de 20 ans s’explique différemment selon les périodes. L’engagement à Act-Up Paris était moralement épuisant en raison du nombre élevé de décès au sein de l’association avant l’arrivée des trithérapies. Les autres collectifs militants fréquentés à l’époque (CNT, Reflex) me frappent par leur manque d’humour et d’imagination, tant dans leurs actions que dans leur fonctionnement – le triptyque réunions, tracts, manifs semblant le seul horizon possible. À partir de 2002, la vie de couple puis de père (2003), et enfin la reprise d’études longues en 2005 alors que je suis travailleur précaire – me tient éloigné de mouvements auxquels participent des ami.e.s étudiant.e.s (mouvement contre le CPE en 2006).

Les formes d’engagement jusqu’en avril 2016 restent cantonnées au domaine professionnel : refus de la hiérarchie et du sexisme, fréquents à l’université comme au CNRS, volonté de mener une recherche ouverte (publications dans des revues en accès libre, partage des données) et utilisation privilégiée puis exclusive de logiciels libres. Le fait d’étudier des objets pour moi politiquement neutres – Assemblée générale de l’ONU, Conseil des droits de l’homme, géographie électorale française et actualité internationale – m’a autorisé à ne jamais me questionner outre mesure sur mes rapports à mes objets. Pourtant, un an environ après mon recrutement au CNRS, une dépression aux origines multiples m’amène à un questionnement de plus en plus lancinant sur mes pratiques et mes perspectives professionnelles. La zone de confort dans laquelle je me trouve – je sais ce que je cherche et comment le chercher, je sais où publier – ne laisse présager qu’une accumulation vaine de lauriers académiques qui peinent à me motiver.

La première assemblée de Nuit debout à laquelle j’assiste sur la place de la République à Paris, le 8 avril 2016, en compagnie de ma femme et de mon fils, est une épiphanie politique. J’y retourne 9 fois – entre une et quatre heures selon les jours – jusqu’au 22 avril où je décide de prendre des notes et de travailler sur ou depuis Nuit debout.

2. Tâtonnements méthodologiques, géographiques et éthiques

Si la décision de travailler sur Nuit debout s’est imposée rapidement – deux semaines -, trouver où et comment a été beaucoup plus long. Trois questionnements principaux se sont posés et les réponses, souvent provisoires, ont beaucoup variées au fil des semaines et des mois suivants.

Il m’est apparu très vite que si je souhaitais étudier Nuit debout, je ne maîtrisais aucun des outils qualitatifs nécessaires pour mener à bien cette recherche. La littérature sur le sujet m’était elle aussi inconnue. Il m’a fallu apprendre vite à tenir tant bien que mal un journal de bord, à construire des grilles d’observation (incomplètes, rarement renseignées de bout en bout, souvent modifiées), et j’ai rarement autant lu que durant cette période passée en réunions et manifestations.

Le choix du lieu s’est également posé – ce qui est tout de même la moindre des choses pour un géographe – lorsque trois assemblées de quartier ont commencé à se réunir dans un rayon de 400 mètres autour de mon domicile à partir de fin avril 2016. La proximité géographique facilitait matériellement ma participation, le faible nombre de personnes impliquées (entre 20 et 40 selon les assemblées) permettait une identification plus aisée qu’à République et il me semblait alors que l’étude des liens entre assemblées, l’investissement (ou non) des enjeux locaux et l’observation des réseaux militants impliqués pouvaient fournir, à défaut de problématique clairement identifiée, des pistes de recherche prometteuses. Ne pas étudier ND République était également plus simple ; trop de monde, de passage, de commissions et, je m’en doutais mais ne l’ai pleinement réalisé que les mois suivants, trop de concurrence académique. En travaillant sur les trois ND du quartier, je m’assurais à la fois un plus grand confort matériel (réunions bi-hebdomadaires tout au plus) et l’exclusivité d’un terrain.

L’enjeu éthique n’est apparu qu’ensuite et certaines questions restent mal résolues à ce jour. J’ai dès le mois d’avril dessiné des plans des assemblées et dressé des listes exhaustives du matériel (tract, banderole, matériel d’amplification sonore, etc.). Mais ces plans permettant d’expliquer comment un groupe s’approprie et délimite un espace politique sur l’espace public, s’ils sont croisés avec des éléments concernant les trajectoires militantes, rendent délicates une anonymisation pourtant éthiquement nécessaire.

3. Des entretiens pour qui et pour quoi ?

Ayant décidé d’être militant et chercheur, et souhaitant assez naïvement que mon travail soit utile aux assemblées, il m’a fallu du temps pour trouver un moyen de justifier la réalisation d’entretiens auprès de mes collègues d’assemblée. Le fait que des liens d’amitié se soient créés avec plusieurs personnes a compliqué la tâche. Réaliser des entretiens m’apparaissait pourtant nécessaire, notamment auprès des personnes ayant monté ces assemblées. Mais si les informations pouvaient m’être utiles, comment les rendre utiles également pour les assemblées ?

J’ai d’abord choisi d’assumer une totale transparence : une première version du guide d’entretien a été envoyée aux trois listes de diffusion des assemblées de quartier pour demander des retours (il n’y en a pas eu) et la version définitive a été envoyée aux personnes volontaires (ce qui a fortement pesé sur le déroulement de certains entretiens). Par ailleurs, trois retranscriptions ont été envoyés aux personnes interrogées (intégrale, anonymisée et « anonymisée nettoyée » des répétitions, hésitations, etc., ce que j’ai nommé la version propagande) ainsi que le fichier .mp3 correspondant. Je me suis par ailleurs engagé à demander l’autorisation des personnes avant toute utilisation, que ce soit dans un cadre militant ou académique. L’utilité militante des entretiens était ainsi justifiée dans le guide d’entretien (disponible en ligne) : « L’objectif est d’aborder de manière approfondie le fonctionnement et les objectifs des assemblées. Il s’agit de la partie qui sera la plus développée lors de l’entretien et dont le matériel devrait être le plus utile à la fois pour produire des textes permettant de nous définir et pour identifier d’éventuels problèmes et blocages […]. »

Le temps long, et sous-estimé par moi, nécessaire à la retranscription des entretiens a vite rendu caduc les objectifs affichés : certaines personnes interrogées ont cessé de participer aux assemblées à la rentrée 2016 ; une est décédée sans avoir validé la retranscription de son entretien ; une des assemblées a cessé toute activité et les rapports entre les deux restantes se sont distendues. Par ailleurs, toute ma démarche reposait sur un bluff méthodologique peu justifiable : je n’avais alors jamais réalisé d’entretiens et plusieurs d’entre eux seraient des modèles pédagogiques pour un TD intitulé « Ce qu’il ne faut pas faire en entretien ». J’avais par exemple un mal fou à écouter les réponses sans ensuite donner mon avis : le fait de prendre des paroles sans en donner me gênait.

Conclusion

S’immerger dans des collectifs militants et vouloir leur être utile en tant que chercheur ne s’improvise pas et la bonne volonté, l’envie d’être « utile à la lutte » ne sont peut-être des qualités ni nécessaires ni suffisantes. Si cette première tentative se solde par un échec relatif – les éléments collectés lors des entretiens n’ont été mobilisés ni dans nos activités militantes ni dans mes productions académiques -, l’expérience aura a minima permis l’acquisition de connaissances méthodologiques et bibliographiques permettant un renouvellement de mes pratiques scientifiques. Les recherches en cours sur les luttes de territoire, et notamment celle menée à Bure contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets radioactifs de très longue durée, bénéficieront peut-être des erreurs commises et des leçons de cette première et décevante tentative.

Merci de votre attention.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *