Luttes de territoire et représentations (CIST 2018)

Comment faire pour attaquer un nouveau thème de recherche ? Il y a bien sûr l’indispensable et longue mise à niveau bibliographique. Une option également possible est d’organiser une session dans un colloque sur le thème choisi afin de lire et de rencontrer les personnes déjà lancées sur le sujet. Ci dessous le texte écrit avec ma collègue Marta Severo pour le prochain colloque du CIST. Ce texte n’est pas la version mise en ligne mais la version complète demandée aux organisateurs et organisatrices de session

Session CIST 2018

Laurent Beauguitte et Marta Severo

Luttes de territoire et représentations

Le territoire est rarement une surface neutre et isotrope mais bien souvent un objet de lutte entre acteurs aux intérêts divergents. Chaque acteur impliqué dans une lutte de territoire mobilise des images et des textes ancrant ainsi des représentations congruentes avec leurs objectifs. Il s’agira dans cette session de s’intéresser plus particulièrement à la création et aux caractéristiques de ces représentations territoriales conflictuelles.

Qu’il s’agisse du projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes, du site d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure, de l’occupation de la place de la République par Nuit debout au printemps 2016 pour se limiter à quelques cas français emblématiques, la communication, tant physique que numérique, est l’un des aspects essentiels des acteurs impliqués. Les nouvelles arènes d’expressions en ligne (médias sociaux, pure players, listes de diffusion…) permettent notamment pour les opposants à un projet donné de s’émanciper des médias traditionnels et de diffuser leurs actions au-delà des cercles militants.

L’investigation des journaux, tracts, sites, blogs, periscope, pages facebook et d’autres formes de communication est susceptible de fournir un matériel très riche permettant l’étude longitudinale des représentations des territoires de lutte générées par les interactions entre les acteurs concernés. Reste qu’elle pose des problèmes tant conceptuels (comment prendre en compte la diversité des expressions) que méthodologiques (délimitation et représentativité du corpus, volume de données, types d’analyses), surtout lorsque ces luttes de territoire sont encore en cours.

Types de communication attendus : théories, méthodes, terrains, résultats.

Territorial struggles and representations

The territory is rarely a neutral and isotropic surface, yet it is often an object of struggle between actors with divergent interests. Each actor involved in a territorial struggle mobilizes images and texts that generate representations congruent with their objectives. This session will focus on the creation and features of these conflicting territorial representations.

Whether if one considers the airport project at Notre-Dame des Landes, the nuclear waste disposal site at Bure, the occupation of the Place de la République by Nuit debout in the spring of 2016, communication, both physical and digital, is one of the essential aspects of the involved actors. The new online arenas of expression (social media, pure players, mailing lists…) enable opponents of a given project to emancipate themselves from traditional media and to spread their actions beyond militant circles.

The investigation of newspapers, leaflets, websites, blogs, periscope, facebook pages and other forms of communication is likely to provide a very rich material supporting the longitudinal study of territorial struggles’ representations generated by the interactions between actors. Yet, this type of research raises both conceptual issues (how to take into account the diversity of expressions) and methodological issues (delimitation and representativeness of the corpus, volume of data, type of analysis), especially when these territorial struggles are still in progress.

Expected types of communication: theories, methods, fieldwork, results.

Pistes de valorisation potentiellement envisagées : séminaire pluri-disciplinaire organisé par l’axe de recherche Médias et territoire, numéro thématique de revue (Etudes de communication, Espaces et sociétés). Un objectif à moyen terme est de monter un projet de recherche sur les luttes de territoire à l’échelle européenne.

Individus, équipes ou laboratoires visés, dans ou hors CIST, en fonction des travaux déjà menés (des références bibliographiques récentes peuvent être précisées):
– EA Geriico, Université de Lille (Marion Dalibert, Emilie Da Lage…)
– EA Dicen-idf, Université Paris Nanterre (Marta Severo, Louise Merzeau…)
– Laboratoire Agora, Université Cergy Pontoise (Romain Badouard…)
– Costech, UTC (Clément Mabi..)
– CREPPA-LabTOP (Sylvaine Bulle)

Un bref CV des co-animateurs de sessions (1/2 page):

Laurent Beauguitte est géographe, chargé de recherche à l’UMR IDEES depuis octobre 2014. Après une thèse consacrée à l’Assemblée générale de l’ONU (2011), il a effectué des contrats post-doctoraux dans le cadre des projets ANR Cartelec (2012-2013) et Corpus-Géomédia (2013-2014). Animateur du groupe fmr (flux, matrices, réseaux) avec César Ducruet (2010-2014), il dirige depuis janvier 2016 le groupement de recherche Analyse de réseaux en SHS. Ses travaux actuels portent notamment sur l’analyse de réseaux, les luttes de territoire et les enjeux épistémologiques liés aux données numériques. Ses publications sont accessibles en ligne.

Marta Severo est maître de conférences en sciences de la communication à l’Université de Paris Nanterre (laboratoire Dicen-idf). Ses recherches portent sur les méthodes numériques pour les sciences sociales et les représentations de l’espace à partir de données du web. Ses travaux les plus récents concernent le patrimoine culturel immatériel et les itinéraires culturels européens. Elle a été postdoctorante au Politecnico de Milan, à Sciences Po Paris et au Collège International des Sciences du Territoire (CIST) à Paris. Elle a également conduit plusieurs expertises pour l’UNESCO, notamment pour le Centre du patrimoine mondial. Depuis 2012, elle coordonne l’axe de recherche « médias et territoires » du CIST. Elle a récemment coordonné les ouvrage Patrimoine culturel immatériel et numérique (2016, L’Harmattan) et Traces numériques et territoires (2015, Presses des Mines).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *