Les rappeurs d’extrême-droite français sur YouTube

Le texte qui suit a été proposé pour le colloque Youtubeurs, Youtubeuses qui aura lieu à Tours les 9 et 10 novembre prochains. Cette proposition n’a pas été retenue. Si un.e des évaluateurs.trices a considéré que le « texte [est] intéressant, doté d’une méthodologie explicite solide, […] sur une thématique originale bien pensée. », l’autre a remarqué, à juste titre me semble-t-il, qu’il n’y avait « aucun questionnement, aucune problématique… ». J’ai débuté ma recherche en mars – sachant que mon métier de chercheur suppose d’autres activités en parallèle (recherche, enseignement, paperasse, etc.). Je collecte des matériaux, je cherche des moyens pertinents de les analyser afin de produire de la connaissance sur un aspect du monde social qui me paraît intéressant. Je n’ai pas de cadre théorique précis et suis un adepte du bricolage méthodologique.

Quelques compléments : depuis que j’ai soumis ce texte, j’ai été démenti sur certains aspects. Kroc blanc a ainsi mis en ligne une chanson de Christophe BZH sur sa chaîne Le sale blanc le 30 juin 2017 – j’écrivais que cette chaîne concernait exclusivement des commentaires politiques ; l’hypothèse concernant l’évolution de Gosta/Leinad n’est qu’une hypothèse et elle n’a pas été validée à ce jour. Des entretiens avec ces personnes sont envisagées dans un futur proche donc à suivre.

Dernier point : pourquoi publier une communication refusée ? Parce que l’objectif principal de ce carnet est de montrer une recherche en train de se faire. Et que les échecs et les fausses pistes sont bien plus fréquents qu’on ne l’imagine…

Les rappeurs d’extrême-droite français sur YouTube
Analyse mixte d’une scène radicale

Laurent Beauguitte, CNRS, UMR IDEES
Axe 4 : Le Youtubeur/la Youtubeuse comme contre-pouvoir

Le rap d’extrême-droite est récent dans la scène musicale française et, comme ses équivalents dans d’autres styles musicaux (Rock against communism RAC, Rock identitaire français RIF, National-socialist Black Metal NSBM1), il utilise de manière privilégiée internet pour diffuser ses productions. Les disques n’étant pas distribués par les canaux grands publics, l’organisation de concerts étant quasi inexistante (risque d’interdiction par la préfecture et de procès pour incitation à la haine raciale notamment), la toile est le seul moyen d’exister et de rencontrer un public potentiel.

La méthodologie mobilisée est mixte : le petit monde du rap d’extrême-droite français (une dizaine d’artistes, tous masculins) est appréhendée via l’analyse des mesures d’audience ; une analyse qualitative des commentaires des vidéos, issue de l’ethnographie du web (Jouët et Le Caroff, 2013), permet de dessiner la fonction de socialisation de la plateforme pour ce courant musical très marginal (commentaires positifs, propositions de collaborations, etc.).

Le corpus étudié comprend les chaînes YouTube des principaux protagonistes de cette scène (Kroc blanc, Amalek, AgB13, Laryen, NORTH 1312, Marcel Yauque, Leinad Prod). Les vidéos d’artistes plus anciens et n’ayant donc pas de chaînes YouTube (Fasc, Goldofaf) ont également été retenues. Enfin, la chaîne de MC Amor ayant été supprimée en octobre 2015, ses vidéos ont été intégrées au corpus. Les artistes complotistes et/ou antisionistes inspirés par Dieudonné et/ou Soral (Tepa, Aldon, etc.) n’ont pas été retenues, les thématiques nationalistes étant généralement peu présentes dans leurs textes. La chaîne d’Edel Hardiess n’a pas non plus été retenue, l’originalité de son positionnement (rappeur racisé musulman affichant sa préférence pour le Front National) excluant de fait le racisme généralement présent chez les rappeurs retenus. Reste que la constitution du corpus mériterait sans nul doute des règles plus explicites d’inclusion.

L’analyse strictement quantitative montre la distribution très hiérarchisée des vidéos en ce qui concerne le nombre de vues, distribution classique pour les données numériques : un très faible nombre de vidéos attire un très grand nombre de vues ; de très nombreuses vidéos obtiennent un très faible nombre de vues. Un seul titre dépasse les 200 000 vues, le morceau #JMLP de Kroc Blanc avec Amalek et Mc Amor, morceau en hommage à Jean-Marie Le Pen et ayant bénéficié d’une forte couverture médiatique (articles parus notamment dans Le Figaro2, Les Inrocks3, Le Mouv’4, Slate5, etc.). Il n’existe par contre pas de lien net entre audience et nombre de commentaires. L’analyse des liens entre chaînes, envisagée au départ, n’est pas réalisable dans la mesure où les principaux acteurs ne rendent pas public leurs abonnements, un gestionnaire de chaîne YouTube choisissant si cette information est publique ou non. De façon contre-intuitive, il semble que la rhétorique nationaliste soit parfois utilisée par certains rappeurs pour tenter d’élargir leur audience (cf encadré 1).

Encadré 1 : Le rap nationaliste comme stratégie commerciale ? Gosta et Leinad Prod

Gosta, rappeur marseillais, met en ligne des sons sur sa chaîne Leinad Prod depuis 2010.

De 2010 à 2014, ses 44 vidéos ont une audience très limitée : 133 vues en moyenne (min. 20, max. 322*).

Le morceau complotiste AntiFrance de 2014 permet un pic passager (860 vues*). Il s’agit de son premier morceau à contenu politique.

Son morceau le plus vu, mis en ligne en 2015, annonce clairement la couleur : Nous ou eux (clash tous les rappeurs antifrançais). Il compte 4852 vues*, soit un tiers des vues totales de sa chaîne (56 vidéos).

Ayant par ailleurs fréquemment commenté les rappeurs nationalistes ces dernières années, il est invité sur un titre de l’album de Nobless Bastard en 2017 (groupe formé par les rappeurs Amalek et Laryen).

Alors que choisir des thématiques d’extrême-droite semble l’un des plus sûrs moyens pour compromettre une carrière (pas de passage télé ou radio, risque élevé de poursuites judiciaires), il apparaît a contrario que cela puisse être un choix délibéré pour sortir de l’anonymat.

* données recueillies le 29/05/2017

L’analyse qualitative des commentaires permet d’identifier les liens créés entre artistes : Kroc blanc, l’un des artistes les plus populaires de cette scène, intervient régulièrement pour proposer son aide à des jeunes rappeurs. Amalek et AgB13 interviennent souvent pour encourager les artistes moins confirmés (encadré 2). D’un point de vue thématique, il est également intéressant de voir comment le rap est simultanément critiqué par certains (musique noire, métisse, moins intéressante que le RAC, etc.) et fait l’objet par les artistes et une partie du public d’une réappropriation identitaire et territoriale : le rap est alors défini comme une tradition médiévale européenne6. Si Basic Celtos dans les années 90 avait été très violemment critiqué pour avoir osé faire du rap avec des textes nationalistes (Collectif, 2004), les précédents de Goldofaf, Fasc ou Contre-invasion (fin des années 2000) ont semble-t-il rendu le rap à peu près tolérable pour un public d’extrême-droite.

Encadré 2 : Parrainage des anciens et manifestations des pairs, l’exemple de Marcel Yauque

Dame Nation, mis en ligne le 23 août 2015 : 44 commentaires dont Kroc blanc (« WTF mec t’es bon, contactes moi »)

Temporel et spirituel, mis en ligne le 11 avril 2016 : 41 commentaires dont Gosta Stago (Leinad Prod) et Amalek Officiel.

09/11/2016 (Donald Trump), mis en ligne le 9 novembre 2016 : 19 commentaires dont AgB13 (« Bien tes morceaux l’amis 😉 si jamais ça te dis tu peux jeter une oreille à ce que je fais peace »), Gosta Stago (Leinad Prod : « trop court !! » et réponse de M. Yauque « Bonsoir, c’est Leinad ? Ajoute un couplet si tu veux, ça fera un remix haha ») et le rappeur catholique Jo le Rital (« Trop classe 😉 +1 !! »)

Servus, mis en ligne le 23 janvier 2017 : 14 commentaires dont AgB13 (« super son l amis 😉 ») et Amalek Officiel (« Valideyyyyy »)

Si YouTube n’est pas la seule plateforme utilisée par ces rappeurs, également très présents sur Facebook, elle est sans doute celle qui permet le mieux de suivre l’évolution d’une scène semi-clandestine. Il faut cependant souligner la fragilité du dispositif mis en place : les interdictions de vidéos, les suppressions de compte et les poursuites judiciaires sont fréquentes. On note également des différences dans la mise en scène de leurs productions : Kroc blanc, sur la chaîne éponyme, partage uniquement ses morceaux et les artistes qu’il produit ; il réserve ses commentaires politiques à d’autres chaînes YouTube (Le Sale Blanc qu’il anime, TeddyBoy RSA où il est invité de temps à autre). Inversement, Amalek mêle musique et (très nombreux) commentaires d’actualités sur sa chaîne Amalek Officiel.

La comparaison avec des scènes rap nationalistes étrangères semble mettre en évidence l’isolement musical des rappeurs français : les seuls contacts extérieurs des rappeurs français le sont avec des rappeurs francophones étrangers (MC Z.E.RA. en Belgique par exemple). A contrario, les rappeurs nationalistes allemands ou polonais ont des interactions fréquentes avec les scènes rock (featuring sur les albums, concerts communs), ce qui peut s’expliquer par l’ancienneté et la vigueur de ces deux scènes (Putman et Littlejohn, 2007). En réalité, l’étude d’autres plateformes, Facebook notamment, montre que des liens tenus existent entre rock identitaire et rap nationaliste français7. Si les styles musicaux sont différents, il s’agit bien pour certains artistes de mener avant tout un même combat politique.

Références

Collectif (2004). Rock Haine Roll : Origines, histoires et acteurs du Rock Identitaire Français (RIF), Paris : No Pasaran.

Jouët J., Le Caroff C. (2013). L’observation ethnographique en ligne. In C. Barats (dir.), Manuel d’analyse du web. Paris : Armand Colin, p.147-165.

Lescop G. (2012). Skinheads : du reggae au Rock Against Communism. Volume !, 9(1), http://volume.revues.org/2963.

Olson B.H. (2011). Voice of our blood: National Socialist discourses in black metal. Popular Music History, 6(2), 135-149.

Putnam M.T., Littlejohn J.T. (2007). National Socialism with Fler? German Hip Hop from the Right. Popular Music and Society, 30(4), 453-468,

1Le RAC se développe au début des années 80 en Europe et reste actif aujourd’hui (Lescop, 2012), le RIF apparait en France au milieu des années 90 (Collectif, 2004), le NSBM connaît une expansion impressionnante au début des années 2000, tant en Europe qu’en Amérique (Olson, 2011).

6Voir ce billet de blog fréquemment cité : https://monsieurpm.wordpress.com/2016/08/02/le-rap-une-tradition-medievale/ (consulté le 29/05/2017)

7 Fasc a sorti un album de rap nationaliste en 2010 et il est le batteur du groupe de RIF F.T.P. ; la page Facebook de ce groupe montre des photos prises avec Goldofaf ou Kroc blanc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *